Jardin d’Afrique

C’est une maison blanche au bout de l’avenue,
S’ouvrant sur un jardin embaumé de soleil ;
On se repose un peu sous l’ombre bienvenue
D’un flamboyant aux fleurs splendides et vermeilles.

On voit des hibiscus, des roses inconnues
Que viennent butiner les bourdons, les abeilles,
De grands papillons bleus voltigeant dans les nues ;
Les chants de bengalis nous bercent les oreilles.

Et moi, petit garçon calme, je me promène,
Je me penche sur l’eau limpide du bassin
Où frissonne et frémit le jet d’une fontaine.

Couché dans le gazon, frais et tendre coussin,
Je m’endors, doucement, et les ombres s’installent,
Et stridulent sans fin les heureuses cigales…

Jean-Paul Labaisse, décembre 2018.

flamboyant 1
Un flamboyant (celui de notre jardin était aussi beau)
jardin Lubum 2
Mes parents se reposent, à l’ombre du flamboyant, dans le jardin de Lubumbashi
jardin Lubum 1
Mes parents, mon frère Michel, Armand et Anita Lequeux, à Lubumbashi

2 réflexions au sujet de “Jardin d’Afrique”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s