Les Vaches

Les vaches, dans leurs prés, broutent avec constance
L’herbe, dont elles font mélange lactescent
Dans leurs estomacs pleins, breuvage mûrissant
Lentement, tout au fond de leurs énormes panses :


Lait régénérateur, merci vaches dormant
Dans vos lits de verdure, animaux de silence
Campagnard, aux grands corps plongés dans l’indolence
De la sieste, vos yeux beaux et doux se fermant


Tranquillement, bovins aux âmes bienheureuses
Dans de vertes amours, laitières généreuses
Pour vos maîtres, les plus débonnaires des dieux


Que vous servez beaucoup, ruminants radieux
Sous le ciel de l’été – ô vaches, que j’envie
Le calme de vos prés, la lenteur de vos vies !

1980,
remanié en 2020.

2 réflexions au sujet de “Les Vaches”

  1. Très joli sonnet où les vaches de nos campagne sont mises à l’honneur .
    Oui, elles ont une vie bien tranquille et paisible .
    On peut légitimement les envier, parfois.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s