La Piscine

souvenir de Lubumbashi

Sous l’œil de leurs mamans accablées de chaleur,
Des enfants barbotaient gaiement dans la piscine ;
Des filles de quinze ans, à la jolie poitrine,
Bronzaient dans le gazon, près des bosquets de fleurs.


À la brasse ou au crawl, je faisais mes longueurs,
Sentant l’eau caresser mon corps mince et agile ;
Je plongeais tout au fond, insouciant crocodile,
Puis remontais, vif comme un bouchon de pêcheur…


Je voyais la cheminée de la Gécamines,
Son terril sombre et gris – fabuleuse colline ! –
Le ciel bleu où passaient de beaux nuages blancs.


Je m’allongeais enfin sur le chaud carrelage,
Et je fermais les yeux, sous le soleil brûlant,
Laissant le vent si doux chatouiller mon visage.

Mars 2021.

Bassin de la Gécamines

La cheminée de la Gécamines, et son terril

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s