Poppée

d’après le Couronnement de Poppée, de Monteverdi

Dans son riche palais, Néron s’est éveillé ;
Auprès de lui, Poppée a croisé ses mains blanches
Sur sa poitrine rose ; elle geint, elle penche
Sa tête aux blonds cheveux, que l’aube fait briller.


Tendrement, l’empereur l’embrasse, la caresse,
Et Poppée, endormie sur la couche soyeuse,
Étire ses bras ronds, ses jambes merveilleuses ;
Néron bâille, sourit, contemple sa maîtresse.


Sur le forum désert, le soleil s’est levé ;
Sa clarté se répand sur les toits des maisons,
Le marbre des palais, le temple d’Apollon.


Et Néron, l’Empereur, le Prince dépravé,
Se rendort, dans les bras parfumés de Poppée,
Qui gémit doucement, blonde et pâle poupée.

1994.

Portrait de Poppée maître anonyme de l’école de Fontainebleau, musée d’art et d’histoire de  Genève.

Orphée et Eurydice

Ils étaient des bergers, ils s’aimaient ; mais Eurydice
Disparut, et Orphée aux enfers descendit,
Dans la joie et dans la douleur : Monteverdi,
Venise et sa langueur triste, le Saint-Office.
  

 

Gluck, une chambre vague, aux lampes étouffées,
La nuit que l’on devine et l’ombre qui s’étend
– Au milieu des soupirs et des pleurs, on entend,
Triste et douce à la fois, la complainte d’Orphée.

 

Eurydice était douce et les berges l’aimaient ;
Orphée avait trouvé le bonheur, auprès d’elle.
Un messager survint, annonçant la nouvelle
La plus triste : Eurydice était morte, à jamais.

Longtemps, son bien-aimé gémit, comme un homme ivre.
Aux terres des défunts, il descendit, sans peur,
Guidé par son amour ; il entendait les pleurs
De ceux qui ne sont plus, et qui veulent revivre.

Eurydice apparut, tendre et charmante fée,
Qui ne comprenait pas qu’elle était morte ; Orphée,
La prenant par la main, avec lui l’emmena.

Il voulut l’embrasser et il se retourna ;
Mais elle disparut, doucement, comme une ombre,
Repartant, sans un bruit, vers les royaumes sombres.

1991.

 

Cervelli_Orfeo_ed_Euridice
Orphée et Eurydice, Federico Cervelli

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Sarcophage néo-attique sculpté représentant Orphée parmi les bêtes, au Musée archéologique de Thessalonique, 3ème siècle avant J.-C.