La Belle Princesse

d’après un dessin de Léonard de Vinci


C’est une fille au port altier, traits délicats,
L’œil pâle et vert, le nez droit, une longue tresse
Que serrent des rubans ; cette belle princesse
Baigne dans la lumière, immortelle Bianca.


Quel âge peut avoir la douce demoiselle
Au visage si pur, douze ou treize ans, à peine ?
Sera-t-elle une femme un peu froide, hautaine,
Bien loin de cette enfant à la grâce irréelle ?  


Songe-t-elle à l’amour, à l’homme qui l’attend,
Condottiere audacieux, illustre commandant,
Chevalier qui fera peut-être son bonheur ?


Rêvant du mariage et de ce jour béni,
Elle voit gambader de joyeux bambinis,
Dont résonnent déjà les rires et les pleurs.

Jean-Paul Labaisse, mai 2021
merci à Fabienne pour son travail critique.

La Belle Princesse est un dessin de petit format, à la craie et à l’encre, réalisé sur une feuille de vélin, attribué récemment à Léonard de Vinci (contesté cependant par plusieurs experts).
Il représente Bianca Sforza, la fille illégitime de Ludovic le More, duc de Milan. Elle avait 13 ans, en 1495, quand elle posa pour ce portrait devant Léonard de Vinci.
Elle épousa un an plus tard Galeazzo Sanseverino, condottiere, maître des armées, considéré comme le meilleur écuyer de sa génération.
Bianca devait décéder en 1497, quelques mois plus tard, à l’âge de 15 ans… Bien que morte très jeune, Léonard de Vinci la fait accéder à l’immortalité…

La Belle Princesse, portrait de Bianca Sforza, dessin sur vélin, 33 x 24 cm, collection particulière
Portrait de Galeazzo Sanseverino, futur mari de Bianca Sforza, musée de Naples

Marie-Madeleine (Léonard de Vinci)

C’est une jeune femme à la peau douce et fine ;
Un bijou d’or et d’argent brille sur sa peau,
Son manteau s’entrouvre et laisse voir sa poitrine…
Sa chair est si blanche, et ses seins sont si beaux !

Elle a le regard vague, et la tête qui penche,
Les cheveux répandus en longues mèches rousses ;
On devine le voile enveloppant ses hanches…
Combien blancs sont ses seins, que sa peau paraît douce !

Qui est cette inconnue au regard incertain ?
Serait-ce Marie-Madeleine, ou bien Lucrèce ?
Quelle Eve, quelle sainte, quelle pécheresse,

Issue d’un lieu sans âge, d’un rêve sans fin ?
Elle sourit, fille de Dieu, femme de l’Homme,
Et nul ici ne sait comment Elle se nomme…

Jean-Paul Labaisse, Bruxelles, mars 2008,
vu à la très belle exposition Léonard de Vinci.

 

Marie-Madeleine

huile sur panneau, 58 x 45,5 cm
Suisse, collection privée

 

La Joconde (Léonard de Vinci)

Elle n’a pas de nom, pas d’histoire, pas d’âge,
Pas de visage, rien. Elle vous sourit, ange
D’un songe étrange, où se mêlent et se mélangent
Rivières et rochers vagues, cieux et nuages.

Elle sourit, tranquille, et la pâle lumière
Enveloppe ses mains, embaume son visage.
On aperçoit, très loin, des roches, des bocages ;
Un brouillard inconnu entoure la rivière.

Quelle est cette dame au si tendre et doux sourire,
Nous regardant, sans nous voir, devant sa fenêtre ?
Vient-elle d’Italie, ou de France, peut-être ?

O ce rêve sans fin, ce frisson, ce délire,
Qui nous font traverser le temps ! – Au bord du monde,
Elle se tient, calme, et sourit, douce Joconde.

Jean-Paul Labaisse 1995.

                                                             

 

 

joconde 2

Huile sur bois, 77 x 53 cm,
Musée du Louvre, Paris

 

 

joconde détail 2

La Joconde (détail)

 

 

joconde détail 3

La Joconde (détail)

joconde détail 4

La Joconde (détail)

Léonard de Vinci

Tête de jeune fille échevelée
Terre d’ombre, ambre verdi et céruse sur panneau de peuplier, 25 x 21 cm
Pinacoteca Nationale, Parme

La Vierge aux Rochers (Léonard de Vinci)

Elle se tient, paisible, en les lueurs étranges,
Et douces, des rayons d’un soleil inconnu ;
Cheveux blonds et bouclés, le teint rose, joufflu,
Saint Jean s’est incliné vers Jésus, petit ange.

A droite, le visage embaumé de lumière,
Une femme est assise, et se tourne, très douce
– Et les deux chérubins, allongés sur la mousse,
Se regardent, se font des souris, sans manières.

Des rocs, des rochers bruns montrent leurs formes rondes,
Se découpant, lointains, dans le ciel ébloui ;
Partout se répand la lumière blanche et blonde.

Serait-ce le matin, le soir, l’après-midi ?
Sommes-nous au printemps, à l’hiver, à l’été ?
– O douceur de ce jour, en la Sainte Clarté !

Jean-Paul Labaisse, 1995

           

 

                                                    .

 

vierge aux rochers Paris

Huile sur bois transposée sur toile, 199 x 122 cm
Musée du Louvre, Paris

 

 

 

vierge aux rochers Londres

Huile sur bois, 189,5 x 120
National Gallery, Londres

 

 

 

vierge aux rochers Suisse

Huile sur panneau, 154,5 x 122 cm
Suisse, collection privée

Vu à l’exposition Léonard de Vinci, tenue à Bruxelles en 2007-2008.
Cette troisième version n’est pas entièrement de la main de Léonard, et a été probablement peinte par un de ses élèves, vers 1495-1497.

 

 

 

vierge aux rochers paris détail 3

Vierge aux Rochers, détail (version Paris)

 

vierge aux rochers paris détail 4

Vierge aux Rochers, détail (version Paris)

 

vierge aux rochers londres (détail)

Vierge aux Rochers, détail (version Londres)

 

vierge aux rochers londres (détail 2)

Vierge aux Rochers, détail (version Londres)

 

La Cène (Léonard de Vinci)

Ils mangeaient gravement le repas de la Pâque,
Assis autour de Jésus à la longue table,
Jude, Barthélemy, André, Philippe, Jacques,
Pierre, tête grise, Jean, figure adorable.

Le Christ dit ces mots :  » l’un de vous me trahira.  »
Chacun de s’étonner, et chacun de gémir :
 » Serait ce moi, Seigneur ? Suis-je ce scélérat ?  »
Ils parlent, tous ensemble, élèvent des soupirs.

L’un dit :  » ce n’est pas moi !  » L’autre proteste, jure…
Simon pleure, Matthieu se tait, Thomas murmure…
Celui-ci s’est levé ; celui-là joint les mains.

Mais l’un s’est reculé, tout livide, tremblant,
Stupéfait : c’est Judas. Jésus, en souriant,
Lui donne à boire, et lui tend un morceau de pain.

Jean-Paul Labaisse, 1995.

 

 

 

la cène

Détrempe et huile sur enduit, 460 x 880 cm
Santa Maria delle Grazie (réfectoire, Milan)

 

 

La céne - Jésus
détail (Jésus)

 

 

Marie-Madeleine + la Cène

détail (Saint-Jean – ou Marie-Madeleine ???)

 

 

La Cène - Philippe

détail (Philippe)